Médias

NATHAN LONGTEMPS

Antonio Carmona / Olivier Letellier / Création 2020

Distribution et équipe artistique

D'Antonio Carmona
Mise en scène Olivier Letellier
Interprétation Maud Bouchat et Danilo Alvino
Collaboration artistique Jérôme Fauvel
Assistanat Matteo Prosperi
Création lumières, scénographie Colas Reydellet
Assistanat Isa Haffid
Création sonore Antoine Prost
Costumes Augustin Rolland
Régie en alternance Colas Reydellet et Laurent Labarrère

Théâtre de récit / Tout public à partir de 5 ans / Durée 35 minutes

Résumé

Nathan a une mère qui oublie les choses et qui s’endort souvent. Mais c’est pas grave. Nathan aime beaucoup sa maman. Même si, souvent, le soir, avant d’aller au lit, Nathan a peur qu’elle s’endorme dans la cuisine et qu’en se réveillant elle l’ai oublié pour toujours…
Et puis un jour mardi arriva.
Un mardi d’hiver ou sa maman n’arriva pas.

Nathan a une mère qui oublie les choses et qui s’endort souvent : Au supermarché elle oublie le sac de courses et s’endort la tête dans les citrons, à la piscine elle oublie sa serviette et ronfle sous les douches, ça lui ai déjà arrivé même de mettre son pantalon à l’envers et de se coucher dans les chaussures de Nathan.
Mais c’est pas grave. Nathan aime beaucoup sa maman. Même si, souvent, le soir, avant d’aller au lit, Nathan a peur qu’elle s’endorme dans la cuisine et qu’en se réveillant elle l’ai oublié pour toujours… « Ne t’inquiètes pas mon chéri, tu peux dormir tranquille, je n’oublie jamais les choses importantes… » et puis elle court éteindre le feu parce que la casserole déborde.

Comme Nathan n’a jamais été oublié par sa maman, ni au supermarché, ni à la piscine ni à l’école, Nathan se sent très important. Dans la cour de récréation il veut être le premier à monter au toboggan, le premier à avoir le ballon et le premier à aller au toilettes si tout le monde est pressé. Nathan se considère comme plus important.
Et puis un jour mardi arriva.
Un mardi d’hiver ou sa maman n’arriva pas.
4h30, au moment de sortir de la classe maman n’est pas là.
« Va prendre ton gouter dans le réfectoire et attend la là-bas », ça c’est la maîtresse qui parle.
Dans la cantine on donne à Nathan une banane toute molle et un sachet de biscuit écrasé.
Nathan n’arrive ni à peler la peau, ni à ouvrir le sachet. Heureusement Momo arrive.
Nathan demande « à quel heure elle arrive, maman ? » Mais Momo ne sait pas.
Par contre Momo sait très bien éplucher la banane et récoler les morceaux de biscuits brisé : il joue à l’hélicoptère avec Nathan, le fait monter sur son dos, « Psssch… Ici Capitaine Momo… Mon gouvernail nous allons nous écraser en Italie… Mama Mia yé n’arrive pas à remonter le guidon… Mon gouvernail, y’é suis désolé, y’é doit sortir votre parachute et ! Psssch… Mon gouvernail, vous savez voler ! vite montez sur le chauffage électrique ! Vous avez réussi ! Vous êtes un super-héros, je vous invite à manger des spaghettis au jambon dans la piscine de ma cousine Stéphanie !!! » Et Nathan rigole, Momo aussi, et ça dure jusqu’à ce que le cloche sonne et que Momo dise en enlevant sa moustache
« Bon, c’est l’heure, je dois y aller maintenant, à demain Nathan ».

Momo prend son manteau, son casque de moto, s’en va et autour de Nathan il n’y a plus de banane, plus de biscuits, plus d’hélicos et plus d’enfants à l’école. Il est seul. Le directeur vient le chercher « t’es le dernier Nathan ». Nathan n’aime pas le directeur et il n’aime pas être le dernier non plus. Nathan c’est le premier normalement, le premier à courir, le premier à se réveiller de la sieste, le premier à qui l’on fait des bisous.

Peut-être que Nathan est le dernier parce qu’il n’est plus important pour sa maman et ça commence à lui faire peur...