PHILO FIGHT AU LOGOS CLUB

D’après Platon - Adaptation et mise en scène de Grégoire Ingold - Création janvier 2020

Distribution et équipe artistique

avec Jean-Luc Colin, Élise Frier-Chaix, Éric LecomteBoun Sy Luangphinith

Résumé

Un spectacle hybride entre jeux de disputes et dialogues de Platon. Qui du penseur ou de l’orateur aura la légitimité pour définir ce qui est vrai ? 

D’après Gorgias, ou le procès de la rhétorique de Platon et La Septième Fonction du langage  de Laurent Binet
Adaptation et mise en scène de Grégoire Ingold

Production : Tréteaux de France – Centre dramatique national
Coproduction : Balagan Système

Diffusion du Spectacle 
Contact 
Ariane Salesne
01 55 89 12 58 - 06 29 73 01 83
ariane.salesne@treteauxdefrance.com

« Si l’on n’a pas tous les mêmes intérêts, conceptions, ou points de vue, il faut tout de même que l’on vive ensemble et que l’on débatte pour construire le bien commun. La rhétorique, qui est un art du discours et du débat, est alors peut être un mal nécessaire.

Gorgias de Platon est un procès à charge de la rhétorique, qui met aux prises Socrate, Gorgias et Calliclès avec une rare violence. Pour Platon, la survenue à Athènes de ce nouvel art oratoire – qui prétend assurer à celui qui le maîtrise le pouvoir de persuader les foules – représente la destruction d’une vie civique raisonnable au sein des cités.

Qui, de la rhétorique ou de la philosophie, aura le droit de définir ce qui est vrai ? Entre la rhétorique et la philosophie se joue la légitimité à produire tout discours.

Biographie du metteur en scène

Grégoire INGOLD

Comédien et metteur en scène, il est élève d'Antoine Vitez à l'École du Théâtre National de Chaillot ; il joue sous sa direction dans plusieurs spectacles à Chaillot et à l'Odéon. Parallèlement, il fonde à Paris, en 1982, le Théâtre du Quai de la Gare où toute une génération de jeunes metteurs en scène produira ses premiers spectacles.
En 1988, il entreprend une série de voyages d'études sur les formes de théâtre populaire en Afrique francophone ; il est Lauréat du prix Villa Médicis hors-les-murs en 1989. En 1991, il crée le Festival Théâtre en Cités à Kinshasa.
De retour en France, il se consacre à l’étude des écoles de jeu qui fondent les grands courants du théâtre au XXème siècle – Stanislavski, Brecht, Vassiliev – et crée l'Unité d'étude des écoles de mise en scène.
En 1997, il revient à la mise en scène avec la compagnie Balagan Système. Associé au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis puis à La Comédie de Reims, il prend en charge une mission spécifique de décentralisation. Depuis 2004 la compagnie est implantée en région Rhône Alpes.
Il a signé une vingtaine de mise en scène et s’intéresse particulièrement au répertoire de la dispute des idées d’une part, aux formes du théâtre forain d’autre part.
Il a mis en scène dernièrement L’extravagant monsieur Jourdain de Mikhaïl Boulgakov, Ahmed philosophe de Alain Badiou, Entretiens d’embauche de Jacques Jouet, castelet de marionnettes pour adultes et La république de Platon d’Alain Badiou, en version spectacle et en version lecture feuilleton de l’intégralité de l’œuvre pour le 69ème Festival d’Avignon, La République – Livre I, qu’est-ce que la justice ? Hippias majeur, qu’est-ce que la beauté ? et Lakhès, qu’est-ce que le courage ? de Platon. 

Note d'intention

Logos Club, le nom emprunte au roman de Laurent Binet La 7ème fonction du langage. Au tournant des années 80, une petite société interlope de gens passionnés par toutes questions qui touchent aux opérations de langage – linguistique, sémiologie, rhétorique – se donne rendez-vous dans une cave du faubourg Saint-Germain, dans l’amphithéâtre de dissection de l’ancienne université de Bologne ou à La Fenice de Venise, pour pratiquer des concours de disputes. Les sessions comportent plusieurs disputes successives, amicales ou classées. Tous les matchs sont des duels, on tire au sort un sujet, il s’agit toujours d’une question fermée à laquelle on peut répondre par oui ou par non, ou bien d’une question de type «pour ou contre» de façon que les deux adversaires puissent défendre des positions antagonistes.

La disputation est l’exercice souverain de la classe de rhétorique qui était pratiqué de façon assidue dans l’université médiévale comme mode d’apprentissage de la pensée critique et dialectique.
Pro et contra - le jeu de la dispute, c’est aussi l’exercice que nous avons proposé depuis quatre saisons à l’expérimentation du public, au sein d’associations, aux lycéens et étudiants, en milieu carcéral. Reprenant à notre compte le dispositif de la dispute dans sa version élémentaire, nous l’avons fait évoluer au fur et à mesure des impasses et des découvertes qui se révélaient de séances en séances.
Au cœur du procès de la rhétorique que nous engageons avec ce projet, cette invitation au jeu de la dispute se retrouve doublement – comme prologue au spectacle, et comme exercice proposé à la pratique des spectateurs.
Le texte du Gorgias est incomplet, il y manque un début. Platon fait commencer le dialogue lorsque Gorgias, le célèbre sophiste de passage à Athènes, sort de scène où il vient de donner une prestation d’art oratoire, séance démonstrative de la toute puissance de la rhétorique aussi bien que publicitaire des leçons particulières qu’il se propose de donner aux jeunes gens de l’aristocratie athénienne. Socrate, comme pour se soustraire à la fascination du discours sophistique a volontairement manqué la séance et engage la conversation avec Gorgias pour apprendre de lui ce qu’est, ce que peut, la rhétorique. Ce faisant, il propose à Gorgias les règles d’un autre usage de la parole pour élucider une question : le dialogue. Mais si l’on comprend bien pourquoi Platon fait débuter la scène avec l’arrivée de Socrate, reste qu’il est malaisé de commencer la mise en jeu de ce dialogue par cette saute dans un « après ».
J’ai donc souhaité ajouter un prologue et j’ai demandé à Laurent Binet d’emprunter à son roman le titre du Logos Club et le texte de l’une des joutes – l’oral contre l’écrit – qui, à son tour, nous ramène à un autre dialogue de Platon où Socrate dispute avec Phèdre pour savoir qui, de l’oral ou de l’écrit, doit avoir notre préférence dans le processus d’apprentissage.