BLANCHE-NEIGE, HISTOIRE D'UN PRINCE

De Marie Dilasser | Mise en scène Marilyne Fontaine | Création juillet 2021

Distribution et équipe artistique

De Marie Dilasser

Mise en scène Marilyne Fontaine

Avec Nadine Darmon (Le Prince / La Lune), Thomas Fitterer (Blanche-Neige / Lechbott)

Scénographie Sandrine Lamblin

Costumes Aude Desigaux

Sons Florian Choquart

Production Tréteaux de France - Centre dramatique national

Résumé

Que se cache-t-il derrière : « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… » ? Ici, point de princes charmants et de héros, encore moins de braves chevaliers pour conquérir de « belles endormies »...

 

Exit le conte traditionnel ! La pièce a pour point de départ la fin du conte de Blanche-Neige. L’action se situe au-delà de la fameuse phrase: « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants … ». Ici, point de princes charmants ni de héros pour délivrer de jeunes et jolies princesses, ni de braves chevaliers pour conquérir de « belles endormies ». Point de mascarades pour les enfants, fini le royaume idyllique. Ici les grands ont détruit la terre par d’incessantes fêtes et Blanche-Neige en a plus qu’assez d’être prise pour une gourde.

Elle ne s’en laisse plus conter et veut s’émanciper.

Depuis que son prince est venu, elle n'est plus ce qu'elle était. Elle a grandi, grandi, jusqu'à devenir une grande gigue fainéante. L'amour de sa vie est désormais un vieillard et les sept nains se sont multipliés au nombre de 101. Le couple mythique s’étiole et Blanche-Neige, qui a un temps flirté avec Monsieur Seguin, se demande si elle n'aurait pas dû refaire sa vie avec Peau d'Âne qui lui a fait des avances.

À l’instar du couple princier qui se déchire, la planète aussi se dégrade. A force de surconsommation, de banquets et de chasses compulsives, le royaume s’est métamorphosé. Les ressources sont gaspillées et c’est le règne de la déforestation. Loin du conte de fées et des jardins bucoliques, dans ce royaume pourri malmené par la convoitise de l’Homme, la paresse s'est installée. Nos héros larvés par le voeu artificiel du bonheur sont en proie au désoeuvrement.

Ici, nous sommes plus proches du conte des frères Grimm, brutal et cruel, que des modèles édulcorés de Disney. Le monde est raconté tel qu’il est, c’est à dire avec ses imprévus et ses conséquences cruelles. Les sourires tournent à la grimace et les désillusions surviennent. Mais pas d’inquiétude, nous retrouvons dans ce conte le miroir magique de Blanche-Neige et la fameuse pomme empoisonnée.

Biographie de l'auteur

Marie Dilasser est née à Brest en 1980. Elle vit aujourd’hui en Bretagne. En 2006, elle est diplômée de L’ENSATT à Lyon, dans le département écriture dirigé par Enzo Cormann. Ses textes sont montés par différents metteurs en scène.

- Me zo gwin ha te zo dour ou Quoi être maintenant? mis en scène par Michel Raskine.

- Le chat de Schrödinger en Tchétchénie mis en scène par Simon Delétang.

- Le monde me tue, Crash test mis en scène par Nicolas Ramond.

- Echos-systèmes mis en espace par Sylvie Jobert.

- Le sous-locataire mis en scène par Michel Raskine.

- Paysage Intérieur Brut mis en scène par Christophe Cagnolari.

- Intermondes ou Road movie squaw mis en scène par Laurent Vacher.

- MADAM#2 Comment faire le mur sans passer la nuit au poste mis en scène par Hélène Soulié.

- Blanche-Neige, histoire d’un prince mis en scène par Michel Raskine.

- PenthésiléEs-Amazonomachie mise en espace par Laetitia Guédon.

Biographie du metteur en scène

Diplomée de l’ENSAD de Montpellier (2008) et du CNSAD (2011), Marilyne Fontaine joue au théâtre dans les mises en scène de Yann-Joël Collin, Olivier Py, Barthélémy Méridjien, Jean- Marie Besset, Robin Renucci, Gilbert Désveaux, TGStan, Sandrine Anglade, Joséphine Chaffin, Julien Bouffier, Pauline Ribat... Au cinéma, elle joue sous la direction de Jacques Doillon (Prix du meilleur espoir au Festival de Rome 2012), Franck Mancuso, Niki Iliev, Nathalie Saugeon, Willy Biondani, Eduardo Sosa Soria, Guy Marignane, Fréderic Carpentier, Stéphane Marchetti...

Aux Tréteaux de France, elle a joué dans les mises en scène de Robin Renucci : en 2012 Mademoiselle Julie de Stindberg, Le Faiseur de Balzac en 2015 et L’Avaleur d’après Jerry Sterner, en 2017. En 2019, elle a cosigné sa première mise en scène Céleste Gronde de Joséphine Chaffin.

Note d'intention

Cette version iconoclaste du conte de Grimm est un matériau idéal pour que les spectateurs, jeunes ou moins jeunes, s’interrogent sur les contes qui ont bercé leur enfance et sur ce qu’il en reste. C’est une fresque ludique qui peut éveiller, amuser et donner l’envie de s’interroger. Par ce spectacle, je souhaite aider le jeune enfant à répondre avec humour et sensibilité à la question : « Qu’est ce qui arrive aux enfants quand ils deviennent grands ? » Marilyne Fontaine